Screen Shot 2015-08-04 at 09.59.07

Stabilité du niveau d’intervention des investisseurs, en ligne avec celui de l’exercice 2008

Dans un marché parisien en baisse de 13% sur les 3 premiers mois de l’année, sur la lancée de la baisse de 44% sur l’exercice 2008, le premier trimestre 2009 a permis d’observer une grande stabilité du niveau d’intervention des investisseurs sur les produits dérivés de Bourse.

Comparé au 1er trimestre 2008, le nombre de transactions réalisées est en effet resté quasiment stable avec une baisse de 1.7% à près de 560 000. Le montant du nominal a représenté plus de 28 milliards d’euros.

Les investisseurs actifs, dont le niveau de maîtrise du risque est à nouveau démontré, ont donc continué à privilégier les produits dérivés de bourse pour gérer les fortes variations des marchés.

Le montant moyen des ordres, qui a baissé de 23.7% à 4150€, traduit la capacité d’adaptation des investisseurs à un environnement de forte volatilité. Il peut être comparé favorablement à la baisse des primes de 44% du marché espagnol et de 50% du marché allemand des produits dérivés de bourse sur la même période.

Le ratio nominal/primes résulte en un effet de levier moyen de 12 sur l’ensemble des transactions du trimestre sur des produits, de niveaux de risque variés, où le risque maximum est toujours limité à la prime investie. Cette caractéristique des produits dérivés de bourse en constitue l’un des principaux attraits pour les investisseurs.

Les investisseurs avaient en 2008 préféré les indices, tant en produits à effet de levier qu’en produits d’investissement, renforcé leurs interventions sur les produits adossés aux matières premières et réduit les positions sur produits actions. Ils ont au premier trimestre 2009 accentué ce mouvement, au regard de l’évolution de l’économie mondiale et des marchés, en renforçant le nombre de leurs interventions, tant sur warrant que sur certificat, sur les produits à effet de levier sur matières premières (+180%) et sur devises (+21%) au détriment des métaux précieux (-42%) et des actions (-34%), au sein desquelles les blue-chips ont été privilégiées.

La clientèle des produits dérivés de bourse a fait bon accueil aux nouvelles modalités de marché mises en place par Euronext en concertation avec l’afpdb, qui semblent de surcroît avoir contribué à réduire le volume d’arbitrage, sous réserve de confirmation de cette tendance favorable à l’intérêt des investisseurs dans les mois à venir.

Télécharger le rapport d’activité du 1er trimestre 2009